FORUM FÉMININ DU QUÉBEC POUR LES QUÉBÉCOISES
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une espèce en voie d'apparition : les hommes en garderie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bergère
Femme d'or de Féminibec
Femme d'or de Féminibec


Féminin
Nombre de messages : 3006
Age : 67
Localisation : Québec
Emploi/loisirs : Science de l\'être
Humeur : Amicale
Date d'inscription : 11/10/2008

MessageSujet: Une espèce en voie d'apparition : les hommes en garderie   Ven 28 Nov - 5:49:36


Lorsque, il y a plusieurs années, Éric Gauthier mit pour la première fois les pieds dans un salle de cours du cégep de Jonquière où il s'était inscrit en Techniques d'éducation en services de garde, une quarantaine de regards féminins surpris se tournèrent vers lui pour lui faire comprendre qu'il s'était trompé de local. Sans doute, avaient pensé la plupart des étudiantes, ce grand jeune homme bien bâti dont le visage avait tourné au rouge était-il quelque nouvel étudiant en Techniques policières malencontreusement égaré dans les dédales du cégep. Pourtant, de toutes, la professeure avait paru la moins surprise: «Salut Éric, lui avait-elle dit sans qu'il ait eu à se nommer. Bienvenue parmi nous.» Elle avait remarqué sur la liste des étudiantes une exception à la règle générale: un prénom masculin.

Éric Gauthier, 26 ans, originaire d'Alma, est éducateur à la garderie populaire Champagneur, une corporation sans but lucratif située à Outremont. S'il fut le seul homme parmi les 160 étudiantes des trois années du programme en techniques de garde du cégep de Jonquière, il est l'un des trois éducateurs qui, avec quatre éducatrices et quelques employés occasionnels, s'occupent de 51 enfants de 2 à 5 ans qui fréquentent quotidiennement ce service de garde situé dans une ancienne chapelle tout à côté de l'imposante église du quartier.On ne peut rêver plus bel environnement: une longue salle inondée de lumière s'étirant jusqu'au jardin à l'arrière. Quatre salles plus petites, deux bureaux ainsi qu'une cuisine bien équipée complètent le tout. On est à deux pas du centre-ville et pourtant on se croirait à la campagne!

* L'équilibre des sexes…

Depuis la vingtaine d'années qu'existe la garderie Champagneur, on s'y est toujours efforcé d'équilibrer la proportion des éducatrices et des éducateurs. Ici, la présence des hommes semble naturelle. Ce qui n'est pas le cas de toutes les garderies, comme le souligne Éric qui a fait un stage de trois mois dans une autre garderie où il était le seul éducateur: «Au début, les enfants me regardaient comme si j'avais été une sorte de monstre. Il y en avait même qui pleuraient, juste à me voir, parce qu'ils n'étaient pas habitués à une présence masculine. Une éducatrice, nouvelle comme moi, ne faisait pas cet effet-là aux enfants. Cela m'a pris du temps à les apprivoiser mais à la fin de mon stage, des tout-petits ont pleuré parce qu'il ne voulaient pas me voir partir…»Le domaine des services de garde a traditionnellement été féminin tout comme les corps de police ont longtemps été exclusivement masculins.

On estime qu'environ 95% du personnel des services de garde est féminin. Les hommes qui travaillent en garderie y forment une minorité visibles bien que les choses commencent à changer. Mais tandis que les salaires versés aux policiers ont tout pour attirer les femmes, les salaires payés aux éducatrices et éducateurs sont tellement peu alléchants que le contingentement des programmes de techniques de garde n'est pas pour demain!

* Une inquiétude

La présence d'hommes en garderie n'est cependant pas sans créer certaines inquiétudes. Pour les éducateurs de la garderie Champagneur, il est sain d'en parler. Selon Michel Boileau, qui fut un temps coordonnateur de la garderie, les services de garde doivent être vigilants dans le recrutement du personnel et tout particulièrement en ce qui a trait à la pédophilie: «On ne peut pas se cacher le fait que les garderies sont des milieux à risque.

Les pédophiles cherchent à travailler là où il y a des enfants, pas là où il y a des personnes âgées.»Il est donc important de bien informer les enfants sur cette question et de leur donner les moyens de se prémunir contre le danger. Des mesures de prévention peuvent aussi être prises sur le plan de l'organisation du travail. Par exemple, deux groupes peuvent faire ensemble leurs activités. Deux membres du personnel peuvent effectuer la surveillance lors de la sieste. On peut interdire de verrouiller les portes des locaux où se trouvent des enfants avec un membre du personnel. Les portes munies d'une fenêtre peuvent faciliter la surveillance. Rappelons que le Règlement sur les services de garde en garderie donne aux parents l'accès à toutes les aires d'activités pendant les heures d'ouverture de la garderie. Il va sans dire que la ou le responsable de la garderie doit être vigilant en tout temps.

Pour Éric Gauthier, «les garderies sont probablement plus sûres à cet égard que bien d'autres milieux».

* Un plus pour les garderies?

Selon Jacynthe Laliberté, coordonnatrice à la garderie Champagneur, «l'équilibre entre les éducateurs et les éducatrices permet d'offrir deux versions de l'éducation en plus d'assurer aux enfants de familles monoparentales un contact significatif avec des adultes des deux sexes». Tout enfant a besoin de vivre avec différentes figures significatives, tant masculines que féminines. Une mère de famille monoparentale vient d'ailleurs chaque jour du centre-ville conduire et chercher son enfant à la garderie Champagneur parce qu'elle considère essentiel qu'il soit en contact avec des hommes, ce qui est impossible dans les garderies de son quartier.Martine Roy et Carole Payne, éducatrice depuis 20 ans à la garderie Champagneur, soulignent que les éducateurs sont très populaires auprès des enfants dont les pères sont absents. Selon elles, les éducateurs ont tendance à privilégier les activités de groupe et les jeux plus physiques (y compris les «tiraillages» typiquement masculins» alors que les éducatrices sont plus intimes dans leurs relations avec les enfants.

La présence d'éducateurs aurait aussi pour effet d'amener les pères à être plus présents auprès de leur enfant. «Quand les pères voient qu'il y a autant d'hommes que de femmes à la garderie, ils se sentent peut-être obligés de prendre davantage part à l'éducation de l'enfant plutôt que de s'en remettre toujours à la mère», constate Michel. «Ici, les pères sont aussi nombreux que les mères à venir chercher ou conduire leur enfant. Là où j'ai fait mon stage, c'était presque exclusivement les mères qu'on voyait à la garderie», de poursuivre Éric.

* Reconstituer la cellule familiale

Tenter de reconstituer la cellule familiale est l'une des raisons qui ont incité la garderie Champagneur à opter pour un équilibre entre les éducateurs et les éducatrices. Dans ce temps qu'on dit de la «famille éclatée», la vie en famille recomposée qu'est la garderie semble procurer beaucoup de plaisir à ceux et à celles qui la fréquentent.Pour Michel Boileau, c'est la qualité des relations humaines vécues à la garderie qui procure les plus grandes satisfactions du travail d'éducateur. Et selon lui, c'est parce que les femmes sont nombreuses dans les services de garde qu'une telle qualité dans les relations humaines est possible.Tisser des liens

Comme on le voit, les enfants sont déjà au centre de la vie des éducatrices et des éducateurs de la garderie Champagneur. Après avoir rencontré ces gens qui œuvrent dans le domaine de la garde à l’enfance, on ne peut que leur souhaiter d'être encore plus en mesure de répondre aux besoins des enfants et des parents. Il ne faut pas négliger les besoins des éducatrices et des éducateurs: satisfaire leurs besoins, c'est assurer la stabilité nécessaire à l'établissement de liens affectifs entre les enfants eux-mêmes et les éducateurs, les éducatrices, les parents, les personnes qui œuvrent dans le domaine sociale, liens qui sont essentiels au bonheur des enfants.

Ce texte de François Lescop est tiré de la revue Petit à Petit, mars-avril 1993, publication de L’Office des services de garde à l’enfance
( L’OSGE est maintenant remplacée par le ministère de la Famille et de l’Enfance.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Une espèce en voie d'apparition : les hommes en garderie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Espèces en voie de disparition
» La seule voie!!!
» ah ces hommes ...
» Les hommes des U-Boote (1)
» La voie de la simplicité, Mark Burch

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Forum de débats :: L'analyse de L'HOMME-
Sauter vers:  

toutMontreal.com 

ref multi-annuaires: Annuaire Automatique - Annuaire Categorille - Annuaire Andrimont - Annuaire ci-dessus - ensival belgique

annuaire Forum sur liendur.be

Ce site est listé dans la catégorie Personnes : Femmes de l'annuaire Actualité du référencement et Dictionnaire

Un jour, on demanda à Bouddha:   - "Qu'est-ce qui vous surprend le plus dans l'humanité?"  Il répondit: - "Les hommes qui perdent la santé pour gagner de l'argent et qui, après, dépensent cet argent pour récupérer la santé. A penser trop anxieusement au futur, ils en oublient le présent, à tel point qu'ils finissent par ne vivre ni au présent ni au futur. Ils vivent comme s'ils n'allaient jamais mourir et meurent comme s'ils n'avaient jamais vécu".
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com